Ma micro-entreprise, conseil en creation de micro entreprise



Navigation


Ma micro entreprise, pour créer sa micro-entreprise


Le but de ce site est de détailler le régime fiscal et social de la micro-entreprise, de recenser les différentes étapes de sa création et de présenter quelques outils simples de gestion d'une entreprise (gestion comptable et financière).

Le statut de micro entreprise est un régime fiscal à comparer aux autres possibilités offertes à un porteur de projet : le statut d'auto-entrepreneur et son régime du prélèvement libératoire auquel peut également prétendre un micro-entrepreneur, l'entreprise individuelle au régime du réel qui tient compte des charges réelles pour déterminer un résultat fiscal, l'EIRL qui permet d'opter pour l'impôt sur les sociétés, le portage salarial recommandé pour tester son marché, ou encore la création d'une société (EURL, SASU...).

Un micro-entrepreneur relève du régime social des travailleurs non salariés (TNS) mais son statut particulier lui permet d'éviter des cotisations minimum lors du lancement de son activité et des ajustements de cotisations ensuite.

Ensuite, pour construire le business plan d'une micro-entreprise (depuis l'investissement nécessaire jusqu'aux prévisionnels de trésorerie) et obtenir un financement, le plan de ce site prévoit :

d'évaluer le coût de la création d'une micro-entreprise
d'établir des états prévisionnels (bilan et compte de résultat prévisionnel, plan de trésorerie)
de mesurer la capacité d'endettement d'une micro-entreprise pour pouvoir trouver un financement.


Notre objectif est ensuite de vous aider dans la gestion courante de votre micro-entreprise en :

rappelant vos obligations comptables en fonction de votre statut juridique
vous apportant quelques notions de gestion (en matière de coût de revient, de TVA, pour calculer un EBE et l'amortissement d'immobilisations
présentant le rôle et les avantages d'une adhésion à une association ou un centre de gestion agréé


Le propos de ce site dépasse donc largement le seul statut de micro-entreprise, puisqu'il envisage également la création d'une société, le recours au portage salarial, le statut d'auto-entrepreneur et son régime micro-social (d'autant que celui-ci s'applique désormais aux micro-entreprises)...

Enfin, la réforme attendue du statut d'auto-entrepreneur, de l'impôt sur les sociétés, la hausse prévisible des prélèvements sociaux... oblige à s'interroger sur les prélèvements obligatoires futurs des entrepreneurs. Plus que jamais, la transformation d'une micro-entreprise en société pouvant opter pour l'IS est à étudier. Dans ce cadre, l'acquisition du local commercial ou du bureau utilisé par l'entreprise est une solution pour réduire son bénéfice imposable. L'entrepreneur peut alors constituer une société civile immobilière pour acquérir ce bien immobilier et percevoir ainsi indirectement des revenus fonciers plutôt que des dividendes de sa société. Cette SCI aura également la posibilité d'opter pour l'IS, ou d'être soumise à TVA. D'une façon générale, tout dépassement du seuil de chiffre d'affaires d'une micro-entreprise doit inciter à consulter un professionnel, un expert-comptable par exemple, pour rechercher une certaine optimisation fiscale.

Utile

Rechercher sur le site

S'abonner à la newsletter

Indiquer son email


Participer aux forums

Suivre les instructions


Nos sites associés

Devenir gérant de SARL ou d'une EURL plutôt que micro-entrepreneur, éventuellement gérant minoritaire pour relever du régime des salariés et pouvoir prétendre à des allocations chômage, est une solution étudiée sur le site http://creation.sarl.free.fr.

Le portage salarial est une solution pour facturer des prestations sans créer une entreprise. Dans ce cas, c'est une société de portage salarial qui embauchera l'entrepreneur et facturera ses prestations. Pour plus de détails : http://le.portage.salarial.free.fr